Menu

L’histoire du mariage

Le mariage fait partie de ces grands rites de passage qui sont célébrés dans toutes les cultures. Il s’agit d’une célébration qui a une double importance puisque le mariage est un acte symbolique et spirituel lorsqu’il est célébré dans un cadre religieux, et un acte administratif et juridique, lorsqu’il est scellé auprès d’une instance institutionnelle. Si le mariage est une promesse de vie commune pratiquée dans le monde entier, a-t-il toujours existé et sous quelle forme ?

D’où vient la tradition du mariage ?

Savoir depuis quand remonte le mariage est extrêmement compliqué car il semblerait qu’il ait toujours existé. Dans l’Égypte antique, le mariage était souhaité, dans le but d’imiter les divinités qui étaient toujours désignées par paires. À l’époque gréco-romaine, les mariages étaient une façon contractuelle de légitimer la naissance d’enfants au sein d’un couple. Le mariage permettait de fixer un statut social aux individus et les enfants nés de cette union pouvaient être déclarés légitimes et espérer un héritage. À l’époque romaine, la femme est la propriété de son époux et le mariage était essentiel pour unir deux familles.

C’est déjà dans la Rome antique que la notion de fiançailles apparaît. Les fiançailles étaient l’événement célébré en suivant des rites, en organisant des banquets et même en imaginant des scénarios pour piéger les futurs époux, un peu comme nos enterrements de vie de garçon ou de vie de jeune fille actuels. Le mariage était un moment réservé à la signature du contrat, un moment beaucoup moins festif.

Le mariage en tant qu’acte religieux

Le judaïsme étant la plus ancienne religion monothéiste, c’est en suivant les préceptes de la religion juive antique que furent célébrés les premiers mariages devant Dieu. À l’époque, les fiançailles étaient une fête qui précédait le mariage, qui lui était la signature du contrat liant un homme à son épouse. Le mariage avait lieu un an après les fiançailles. Comme partout dans le monde à cette époque, la condition de la femme est proche de celle d’une esclave soumise aux volontés de son mari.

Durant la première période de l’avènement du christianisme en Europe, le mariage religieux prit différentes formes et changea d’aspects en fonction des nouvelles normes religieuses qui se créent peu à peu. Ce n’est qu’en 1184 que le mariage devint un sacrement.

Le mariage et contrat civil

Au 18e siècle, il a bien existé certaines formes d’actes civils, considérés comme des engagements devant notaire mais ce n’est qu’en 1792, en France, que le mariage civil est réellement devenu le seul acte reconnu aux yeux de la loi. Les curés de paroisses perdent alors le pouvoir de sceller légalement l’union de deux personnes, ce pouvoir revenant aux maires. Avec le mariage en tant qu’acte administratif apparaît aussi le droit au divorce.

Cette loi a été modifiée à de nombreuses reprises, par exemple pour améliorer l’égalité entre les deux époux, changer l’âge de la majorité ou créer de nouvelles formes d’unions comme le PACS ou le concubinage. Mais sa dernière modification importante a eu lieu en 2013, avec l’autorisation du mariage entre personnes de même sexe.

Aujourd’hui, à l’exception des pays où il n’existe pas de séparation claire entre l’État et le pouvoir religieux, seul le mariage civil a une valeur aux yeux de la loi, le mariage religieux n’étant reconnu que par les instances religieuses en question.